Yomoni : investissez mieux !

Chaque lundi, notre Directeur de Gestion analyse et commente les marchés financiers. Quelle est la situation sur la semaine passée ? Quelles actualités faut-il retenir ?

Source : @Bloomberg LP

🌍 Macroéconomie

En zone euro, les indicateurs d’activité préliminaires du mois de juillet traduisent un net ralentissement de l’activité, aussi bien dans les services (à 50,6 vs 53,0 le mois dernier) que dans l’industrie. L’indice PMI manufacturier étant tombé sous le niveau de 50 (à 49,6), montre que l’activité industrielle s’est contractée pour la première fois depuis 2 ans.

Aux États-Unis, l’activité industrielle a bien résisté en juillet avec un PMI manufacturier quasi stable à 52,3 contre 52,7 le mois dernier. En revanche, la consommation a nettement baissé, l’indice PMI des services étant tombé nettement sous le niveau de 50 (à 47,0), pour la première fois également depuis 2 ans.

💶 Politiques monétaires

La Banque centrale européenne a surpris les investisseurs en relevant ses taux directeurs de 0,50%, une première depuis 2011, et non de 0,25% comme anticipé par le marché. La BCE a par ailleurs approuvé un mécanisme anti-fragmentation, qui consiste à aider les pays dont la dette est attaquée de manière injustifiée par les marchés, en effectuant des achats d'obligations émises par ce pays sur le marché secondaire. L’Italie est particulièrement visée par ce plan de sauvetage, le taux de rendement des emprunts d’État du pays ayant fortement progressé dans un contexte d’instabilité politique à la suite de la démission du Président du Conseil Mario Draghi.

🏢 Résultats d’entreprises

Les résultats d’entreprises sont globalement meilleurs qu’attendus. Cependant, Alphabet (Google), Tesla, Amazon, Meta (Facebook) et Goldman Sachs ont fait savoir qu’ils diminueraient leurs embauches face au ralentissement de leur activité.

📈 Performances

Le sentiment que le ralentissement économique pourrait inciter les banques centrales à réduire l’ampleur de leurs resserrements monétaires, ainsi que les bons résultats d’entreprises ont profité aux actions internationales qui ont progressé de 3,2 % sur la semaine. Le ralentissement de l’activité pourrait également apaiser la pression sur les prix, ce qui a profité aux obligations européennes qui ont progressé de 0,7 % sur la semaine.

💡
À retenir :

• Les indicateurs d’activité préliminaires du mois de juillet montrent que l’activité a nettement ralenti sur le mois, en zone Euro comme aux États-Unis.

• La Banque centrale européenne a relevé ses taux directeurs de 0,50% afin de freiner l’inflation, une première depuis 2011. Elle a, par ailleurs, approuvé un mécanisme anti-fragmentation, qui consiste à aider les pays dont la dette est attaquée de manière injustifiée par les marchés, en effectuant des achats d'obligations émises par ce pays sur le marché secondaire.

• Les résultats d’entreprises sont globalement meilleurs qu’attendus. Cependant, certaines entreprises telles qu'Alphabet (Google), Tesla, Amazon, Meta (Facebook) et Goldman Sachs ont fait savoir qu’elles diminueraient leurs embauches face au ralentissement de leur activité.

• Le sentiment que le ralentissement économique pourrait inciter les banques centrales à réduire l’ampleur de leurs resserrements monétaires, ainsi que les bons résultats d’entreprises ont profité aux actions internationales qui ont progressé de 3,2%% sur la semaine. Le ralentissement de l’activité pourrait également apaiser la pression sur les prix, ce qui a profité aux obligations européennes qui ont progressé de 0,7 % sur la semaine.

You've successfully subscribed to Yomoni
Welcome back! You've successfully signed in.
Great! You've successfully signed up.
Your link has expired
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.