Yomoni : investissez mieux !

L’assurance-vie est souvent qualifiée de “couteau suisse patrimonial” : un instrument indispensable tant il est polyvalent.

Mais l'assurance-vie est-elle vraiment faite pour tout le monde, adaptée à tous les profils, utile en toutes circonstances  ? Autrement dit : pour ou contre l’assurance-vie ?

Pour l’assurance-vie si…

Vous souhaitez diversifier votre patrimoine dans un cadre fiscal avantageux

L’assurance-vie est une enveloppe de placement idéale pour répartir votre épargne sur de nombreuses classes d’actifs : des actions, des obligations, de l’immobilier… et le fameux fonds en euros, à vocation sécuritaire.

Cette diversité est permise par les unités de compte, qui vous donnent accès à une grande variété de zones géographiques et de secteurs d’activité, avec des profils de risque allant du plus conservateur au plus dynamique, qui présentent un potentiel de rendement supérieur en contrepartie d’un risque de perte en capital.

L’alternative ? Pour obtenir une telle diversité de supports il faut se tourner vers le compte-titres ordinaire (à l’allocation totalement libre, mais sans avantage fiscal particulier). Le PEA n’est pas adapté car nécessairement investi en actions, donc réservé à la poche dynamique d’un patrimoine.

Ces deux enveloppes ne proposent pas le fonds en euros à vocation sécuritaire, qui est une exclusivité des produits assurantiels.

Vous souhaitez une enveloppe tout-en-un

Vous ne souhaitez pas vous éparpiller et ouvrir 10 produits d’épargne ? Alors c’est l’assurance-vie dont vous avez besoin. Elle permet de placer et de retirer lorsque vous le souhaitez, d’adopter un niveau de risque adapté à votre profil, elle allège les frais de votre succession, et peut même être mise en garantie pour faciliter l’obtention d’un prêt immobilier. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de couteau suisse !

L’alternative ? Il n’y en a pas. Aucun produit ne rassemble tous ces avantages !

Vous souhaitez alléger la fiscalité de vos plus-values

Lorsque vous tirez des gains d’un produit d’épargne, vous êtes taxé sur la part de gain que contient votre retrait. Par exemple, si votre placement de 10 000 € a progressé de 2000 € et que vous en retirez la moitié (6 000 €), vous êtes taxés sur les 1000 € de gain que contient ce retrait..

En assurance-vie, dès que votre contrat a plus de 8 ans, vous pouvez retirer les plus-values sans fiscalité grâce aux abattements sur les plus-values (4600 € par an pour une personne seule et 9200 € pour un couple) qui se renouvellent chaque année civile. Le capital retiré n’est jamais taxé. En revanche, les prélèvements sociaux sur les gains restent dus.

L’alternative ? Le PEA permet aussi un allègement fiscal, mais il est plus contraignant (soumis à un plafond de versement et fermé en cas de sortie précoce).

Vous ne savez pas quand vous aurez besoin de votre argent

Contrairement à une idée reçue, les sommes déposées sur un contrat d’assurance-vie ne sont pas bloquées.

Beaucoup d’épargnants confondent la maturité nécessaire pour bénéficier du maximum d’avantages (8 ans) et le blocage (qui n’existe pas - hors cas particuliers tels qu’un nantissement qui peuvent limiter la disponibilité de votre argent).

En réalité, avant 8 ans, les rachats sont libres et n’entraînent pas clôture du contrat. Il n’existe pas de pénalité fiscale non plus : les impôts s’appliquent normalement, sans avantage particulier, mais sans pénalité non plus.

Bien évidemment, un rachat de l’intégralité des sommes entraîne la fermeture du contrat : laissez toujours le minimum afin qu’il continue à vivre !

L’alternative ? Le PEA permet des sorties libres, mais après 5 ans seulement. Toute sortie avant cette échéance entraîne sa fermeture.

Vous avez un patrimoine financier à transmettre

Vous avez estimé vos droits de succession, et les abattements de droit commun ne vous suffisent pas ?

Ou alors, vous souhaitez transmettre une partie de votre patrimoine à un proche (famille recomposée, cousin éloigné, ami…) qui n’est pas dans votre ligne successorale ?

L’assurance-vie est alors indispensable. Elle vous permet de désigner vos bénéficiaires librement. En outre, les abattements fiscaux dont ils bénéficieront au moment de la succession sont particulièrement avantageux si vous avez versé avant 70 ans.

L’alternative ? Il n’y en a pas.

Découvrez le projet qui vous ressemble

Contre l’assurance-vie si…

Vous privilégiez la Bourse et les titres vifs

En assurance-vie, l’investissement se fait sous forme d’unités de compte : votre épargne est répartie sur les différents supports financiers référencés par l’assureur de votre contrat. Il s’agit généralement d‘OPCVM (actifs ou indiciels comme les ETF), parfois de SCPI, rarement de titres vifs, et si c’est le cas, il s’agit en général d’actions de premier plan, plus liquides.

L’assurance-vie n’est donc pas adaptée aux stock pickers ou aux daytraders ! Cette enveloppe a toujours eu un objectif patrimonial de long terme, avec un accent mis sur la délégation de la gestion (via des OPCVM ou via des mandats de gestion).

L’alternative ? Pour les small caps (les petites valeurs), les valeurs internationales, les warrants, le SRD, l’effet de levier et le daytrading… vous serez mieux lotis avec un compte-titres ordinaire, ou un PEA si vous vous restreignez aux actions européennes.

Vous cherchez un placement 100% garanti

Dans les années 90, assurance-vie rimait avec garantie du capital. C’était l’ère des contrats monosupports où l’on ne pouvait placer que sur le fonds en euros… et où ce dernier avait une rémunération supérieure à l’inflation, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Depuis, les contrats sont devenus multi supports : le fonds en euros à vocation sécuritaire cohabite avec des unités de compte, non garanties en capital.

Actuellement, les contrats qui permettent de verser 100% sur le fonds en euros sont devenus rares, très rares. Et le fonds en euros lui-même tend à se transformer : la garantie porte de plus en plus souvent sur le capital déposé après de frais de gestion, ce qui revient à n’offrir qu’une garantie partielle du capital.

Pour un placement 100 % garanti, l’assurance-vie n’est plus un bon plan.

L’alternative ? Se contenter des livrets et de leur rémunération sans réel potentiel.

Vous êtes allergique au jargon

L’assurance-vie est malheureusement un produit propice au jargon, pour une raison simple : c’est à la fois un produit d’assurance et un produit de placement. En conséquence, les vocabulaires se côtoient et créent une cacophonie qui peut repousser les néophytes.

En assurance-vie, vous n’êtes pas un épargnant mais un assuré. Vos versements d‘épargne sont des primes, vos retraits sont des rachats. Ajoutez un peu d’ETF, d’OPCVM et d’allocation d’actifs, et vous pouvez facilement vous y perdre !

Cela ne doit pas vous repousser pour autant. Les fintech vous facilitent la compréhension en vous expliquant en toute transparence, en ligne ou au téléphone, les tenants et aboutissants de vos choix. Souscrire devient (presque) plaisant !

L’alternative ? Renoncer à l’assurance-vie… Ou se tourner vers Yomoni pour une ouverture de compte accompagnée et une gestion déléguée, le tout garanti sans jargon !

Vous souhaitez défiscaliser tout de suite

L’assurance-vie offre une défiscalisation à la sortie : après 8 ans, les gains échappent totalement ou partiellement à l’impôt sur le revenu grâce aux abattements.

Si vous souhaitez une défiscalisation immédiate, c'est-à-dire pouvoir déduire de vos revenus les sommes versées afin de réduire l’impôt sur le revenu de l’année, ce n’est pas la bonne enveloppe.

L’alternative ? Le Plan d’Epargne Retraite ! Il offre une défiscalisation immédiate. Mais attention aux contraintes : un PER est beaucoup moins disponible qu’un contrat d’assurance-vie !

En conclusion : l’assurance-vie, pour ou contre ?

Définitivement pour !

L’assurance-vie est rarement un mauvais plan. Sa polyvalence en fait un produit de choix face à tous les imprévus de la vie.

C’est l’enveloppe la plus utile pour débuter dans le monde de l’investissement, mais aussi pour diversifier un patrimoine existant.

Évidemment, chaque situation personnelle est unique, mais selon nous chaque personne devrait détenir au moins un contrat d’assurance-vie !

Terminons par un petit comparatif des caractéristiques de l'assurance-vie avec les autres enveloppes de placement :


Assurance-vie

Compte-titres 

PEA

PER

Diversification

Oui, en unités de compte

Oui, la plus large possible

Non, actions européennes uniquement (sauf ETF)

Oui, gestion pilotée à horizon

Disponibilité

Libre

Libre

Libre (mais avant 5 ans, le PEA est cassé)

À la retraite ou quelques exceptions

Fiscalité sur les gains

Nulle ou réduite grâce aux abattements après 8 ans (les PS restent dus)

De droit commun : pas d’avantage particulier

Nulle après 5 ans (les PS restent dus)

Selon le régime fiscal choisi à l’entrée ; les retraits fiscalisés si les versements ont permis une défiscalisation

Défiscalisation des versements

Non

Non

Non

Oui, sous conditions

Facilitation de la transmission

Oui : désignation des bénéficiaires + abattements pour les bénéficiaires

Non

Non

Non

Vous avez un projet d'investissement ?

En quelques minutes, vous détaillez votre projet et nous vous proposons une solution adaptée à votre profil d'investisseur.

Les supports d’investissement présentent des risques de perte en capital.

You've successfully subscribed to Yomoni
Welcome back! You've successfully signed in.
Great! You've successfully signed up.
Your link has expired
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.