Yomoni : investissez mieux !

Connaissez-vous toutes les niches fiscales qui permettent de payer moins d'impôts ?

Voici 8 idées pour payer moins d’impôts !

Peut-être réalisez-vous déjà l’une de ces actions sans savoir qu’elle ouvre droit à défiscalisation...

Les services à domicile

Les dépenses engagées pour l’emploi d’un salarié à domicile ouvrent droit à un crédit d’impôt.

La liste des activités concernées est disponible sur Legifrance, retenons :

  • la garde d’enfants
  • le soutien scolaire
  • l’assistance aux personnes âgées
  • le ménage et le repassage
  • le petit bricolage
  • l’assistance informatique…

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

Sous la forme d’un crédit d’impôt de 50%, plafonné à 12 000 € (ou davantage sous conditions). Cela signifie qu’une dépense de 200 € donne droit à un crédit de 100 €. Autrement dit, ces prestations coûtent la moitié de leur prix affiché.

Les détails sont sur : https://www.economie.gouv.fr/particuliers/credit-impot-services-personne

Le don à des organismes d'intérêt général

Les dons d’argent à des organismes d'intérêt général ouvrent droit à des réductions d’impôt. Il s'agit notamment des organismes suivants :

  • œuvres ou organismes d'intérêt général présentant un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la valorisation du patrimoine ou à la défense de l'environnement ;
  • associations ou fondations reconnues d'utilité publique ;
  • associations cultuelles ou de bienfaisance autorisées à recevoir des dons et legs.

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

Sous forme d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant des sommes versées, avec un plafond égal à 20 % du revenu imposable. Les sommes versées à un parti politique disposent du même mécanisme, mais plafonné à 15 000 € par an et par foyer fiscal.

Les dons à des organismes aidant les personnes en difficulté ouvrent droit à une réduction supérieure : 75%.

Cela signifie qu’un don ne coûte qu’un tiers ou un quart, de la somme donnée. Ainsi, 100 € donnés à une association d’utilité publique ne coûtent que 34 €, ou 25 € s’il s’agit d’une association qui aide des personnes en difficulté.

Les détails sur : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F426

Les travaux dans la résidence principale

Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôts lorsque vous faites certains travaux dans votre résidence principale, ou dans un logement que vous mettez en location.

Les travaux éligibles liés aux économies d’énergie étaient autrefois concernés par un crédit d’impôt : le CITE, Crédit d’Impôt Transition Energétique. Par exemple :

  • diagnostic de performance énergétique
  • installation de nouvelle chaudière
  • isolation des combles
  • pose de double vitrage
  • borne de recharge pour véhicule électrique...

Mais aujourd'hui, ce crédit d'impôt est remplacé par le dispositif Ma Prim’ Rénov qui est une prime.

En revanche, les dépenses permettant d’améliorer l’accessibilité pour les personnes âgées ou handicapées restent concernées par le crédit d'impôt, par exemple un bac à douche extra-plat, des détecteurs de mouvement…

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

Le crédit d’impôt couvre 25% des dépenses engagées dans la limite de 5 000 € par personne ou de 10 000 € pour un couple. Il est étalé sur 5 ans, les détails sont décrits ici.

L’abonnement à un magazine

C’est une niche peu connue… Vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt à l'occasion de votre premier abonnement d’une durée de 12 mois minimum à un titre de presse, d'information politique ou générale, en version papier ou numérique.

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

Sous forme d’un crédit d’impôt de 30%. Il y a toutefois un hic : le crédit impôt n’est ouvert qu’aux foyers dont les revenus sont inférieurs à 24 000 € par part de quotient familial, majoré de 6 000 € par demi-part supplémentaire. Tous les détails sont ici.

Les cotisations syndicales

Vous pouvez réduire vos impôts en cotisant à un syndicat ! Sont concernées les cotisations organisations syndicales représentatives de salariés ou de fonctionnaires, ainsi que les associations professionnelles nationales de militaires représentatives.

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

Sous forme d’un crédit d’impôt de 66% des cotisations, avec un plafond de 1% des revenus bruts.

Par exemple, une cotisation annuelle de 200 € vous sera restituée sous forme de crédit d’impôt de 134 €, elle ne vous coûtera que 66 €

Les cotisations ne doivent pas dépasser 1% de vos revenus. Dans votre exemple, si vous touchez 19 000 € par an, seules 190 € seront prises en compte (et ouvriront droit à 125 € de crédit d’impôt).

Attention : si vous avez opté pour le régime des frais réels, vous pourrez considérer ces cotisations comme une charge déductible du revenu imposable, mais vous n’aurez alors pas droit au crédit d’impôt. On ne peut pas tout avoir !

L’investissement immobilier

De très nombreux dispositifs existent. Citons par exemple les programmes Cosse, Pinel ou Denormandie.

Ces dispositifs sont trop complexes pour être résumés en quelques lignes. Néanmoins, ils fonctionnent toujours sur le même principe : la réduction d’impôt est obtenue sous conditions, par exemple un loyer plafonné dans une zone tendue, ou des travaux importants.

En résumé, la carotte fiscale n’est pas un cadeau : elle compense une rentabilité plus faible. En quelque sorte, l’État vous indemnise pour assumer une tâche de service public. À vous de voir si le jeu en vaut la chandelle...

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

La plupart des dispositifs de défiscalisation immobilière fonctionnent sous forme de réduction d’impôt sur le revenu étalée sur la durée de location (avec, selon les dispositifs, des seuils à 6 ans, 9 ans, 12 ans).

Les montants peuvent être importants, et peuvent totalement réduire l’impôt dû. Il faut toutefois veiller à ne pas dépasser ce que l’on devra sous peine de subir un manque à gagner (ce n’est pas un crédit d’impôt !).

L’investissement dans les PME

Il est possible de réduire ses impôts en investissant au capital de PME. Les critères sont détaillés ici, ce qu’il faut retenir c’est :

  • l’entreprise doit être jeune (moins de 7 ans)
  • il faut détenir les parts plus de 5 ans
  • l’entreprise doit avoir une réelle activité (autre que gérer son patrimoine).

L’idée générale est ici que l’Etat vous subventionne pour accepter le risque supérieur de ces entreprises. Et puisque certaines peuvent être très rentables, mais d’autres fermer boutique ou réaliser des augmentations de capital dilutives. Le risque de perte en capital est fort. Il est donc conseillé de diversifier via des fonds d’investissement spécialisés dans le Private Equity.

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

La réduction d’impôts s'élève à 25% des montants investis dans l’année, dans la limite de 50 000 euros d’investissement pour un célibataire et de 100 000 euros pour un couple.

La plus value de cession sera imposée au régime général (Flat Tax), mais les titres peuvent être logés dans un PEA ou PEA PME, ce qui allège la fiscalité future.

Le versement sur le PER

Les sommes versées sur un Plan d’Epargne Retraite peuvent être sous conditions. Nous vous avons détaillé le fonctionnement de ce plan ici (version longue) ou ici (l’essentiel).

A la différence des autres moyens, vous n’avez pas à donner votre argent, le dépenser ou à assumer un risque supplémentaire pour bénéficier de cet avantage fiscal. Il vous suffit de faire ce que vous faites déjà : épargner. L’argent placé sur un PER est disponible uniquement à la retraite (versé sous forme de virement unique ou de rente à vie), mais il peut être débloqué de façon anticipée pour un achat de résidence principale.

Sous quelle forme réduit-on ses impôts ?

Les sommes versées viennent réduire le revenu imposable du foyer, à hauteur d’un plafond qui s’élève au moins à 10% de vos revenus.

En contrepartie de cet avantage, les retraits du PER (à la retraite) seront fiscalisés. En attendant, les sommes capitalisent pour votre compte !

Le PER qui combine accompagnement privé et frais bas

L’accompagnement Yomoni, c’est de la sérénité en plus pour vous. Et les frais en moins, c’est de la performance en plus, aussi pour vous. Alors, qu’attendez-vous ?

Attention : les supports de placements proposés dans le PER présentent un risque de perte en capital, et leurs performances ne sont pas constantes dans le temps.

Rappel : quelle différence entre déductibilité du revenu imposable, crédit d’impôt et réduction d’impôt ?

  • La déductibilité des revenus signifie que cette somme peut être déduite des revenus qui sont utilisés pour calculer l’impôt : tout se passe comme si vous aviez “moins gagné”. L’effet est donc proportionnel à votre tranche marginale d’imposition. Si vous n’étiez pas imposé, vous n’économisez aucun impôt.
  • La réduction d’impôt s’applique, quant à elle, une fois que l’impôt a été calculé. Elle diminue le montant de l’impôt dû. Tout se passe comme si vous aviez “déjà payé” une partie de l’impôt en avance, en cours d’année.
  • Le crédit d’impôt fonctionne comme la réduction d’impôt, à un détail près : si, après son application sur l’impôt il reste encore du crédit d’impôt, alors il est remboursé par la DGFIP par virement. Toutefois, sachez que l'administration ne rembourse pas les sommes inférieures à 8 €.

Enfin, prenez gare au plafond de déduction. Il s’applique sur la déductibilité des revenus : on ne peut déduire plus de 10 000 € de son revenu imposable par an. Cependant, le PER n’est pas concerné par le plafonnement.

You've successfully subscribed to Yomoni
Welcome back! You've successfully signed in.
Great! You've successfully signed up.
Your link has expired
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.