Yomoni, gestion éclairée

On confond aisément trois notions lorsque l'on parle d'argent et de finances personnelles. Il est temps de clarifier les différences.

L'épargne

L'épargne est le résidu de son revenu qu'il reste après avoir fait ses dépenses. C'est une simple différence qui se compte en monnaie.

Les placements

Les placements sont les supports, voire les produits ou les actifs que l'on acquiert avec cette Epargne. Ce sont des créances sur autrui, le plus souvent un état ou une entreprise. Les placements sont comptés en euros, mais indiqués sous une forme précise (Actions, obligations, fonds, etc.). L'épargne qui reste en monnaie, billets, ou sur un compte courant n'est donc pas placée.

Les investissements

Les investissements sont les achats de biens et services réalisés par les émetteurs de ces supports d'épargne, ils reçoivent de la monnaie qu'ils vont dépenser. Les "investisseurs" sont donc des entreprises, des entrepreneurs ou des états. L'investissement correspond à une dépense, on le répertorie comme un bien ou un service (Immeubles, machine, R&D, etc.).

On choisit le placement de son épargne, mais pas directement ses investissements

Une personne décide donc de :

  • Combien elle épargne
  • Comment elle place

Mais pas de comment son argent est investi.

Par conséquent, on comprend pourquoi ce qui est à la discrétion du particulier, c'est :

  • Le montant de son placement (l'épargne)
  • Le risque et l'horizon de temps qui va définir le meilleur placement
Mais la performance de son placement ne dépend pas de l'épargnant, mais de la façon dont l'argent va être utilisé par l'investisseur final, pour créer de la valeur, ou pas.

Souvent les particuliers s'arrêtent après le plus dur : la génération d'épargne, et diffèrent la décision de placement, et perdent un temps précieux. Ceux qui s’y intéressent débordent parfois du cadre et jouent les « investisseurs », mais en restant à arbitrer des placements cela se résume finalement à de la spéculation. Pour générer du vrai profit et non pas chercher à le prélever dans un jeu à somme nulle, il faut être un entrepreneur et investir dans l’économie réelle. Cette dernière inclut évidemment les biens intangibles, car ici « réel » s’oppose uniquement à « financier ».

La confusion entre investissements et placements est largement alimentée par la presse et les professionnels du secteur qui sont fortement influencés par les anglo-saxons, qui dominent la culture financière. En anglais, on parle d' "investments" pour "placements" et "capital expenditures" pour nos "investissements". Une fois de plus l'Anglais se révèle... un faux ami. Not surprising, really.