Yomoni, gestion éclairée

En mars dernier une étude[1] menée par le quotidien britannique The Guardian a révélé que la génération Y française a des revenus inférieurs de 20% à la moyenne nationale, contre +12% en 1978. Cette génération née entre 1980 et 1995 n’a pas profité de la croissance et sera donc plus pauvre que la génération précédente, ce qui constitue une première depuis le début de l’ère industrielle. Toujours selon le quotidien, les anticipations pour les Millenials - nés après 1995 - et les générations suivantes ne prêtent pas à l’optimisme entre chômage de masse, dettes et crise du logement.

Dans ce contexte économique morose, il est donc nécessaire pour les parents d’éduquer leurs enfants à l’épargne, et ce, le plus tôt possible. Voici 3 conseils pratiques que vous pourrez facilement mettre en oeuvre sans rebuter votre progéniture.

1. Inculquer la valeur de l’argent tôt avec des situations de la vie de tous les jours

Combien coûte un ticket de métro parisien ? Contrairement à Nathalie Kosciusko-Morizet[2], c’est le genre de questions à laquelle il est important que votre enfant puisse répondre. Le but est qu’ensuite il soit capable d’estimer combien il doit mettre de côté avant de pouvoir espérer acheter un jouet, des bonbons ou des pièces Pokemon Go (0,99€ les 100 Poképièces !).

Il n’est pas nécessaire de procéder à une récitation des prix des biens de la vie courante, vous pouvez lui apprendre tout cela en douceur. Il s’agit par exemple de l’emmener faire les courses avec vous et de lui demander de prendre la bouteille d’huile d’olive “la moins chère”, de lui donner quelques euros pour aller chercher la baguette de pain à la boulangerie en face de chez vous ou encore de le laisser payer avec votre porte monnaie une fois arrivé à la caisse du supermarché (c’est mieux s’il n’y a personne derrière vous).

L’enfant aura ainsi des repères, et plus important, il sera capable de mettre un prix sur ce qu’il désire avoir. Vous avez alors une bonne base pour lui donner envie de mettre quelques sous de côté.

2. La responsabilisation avec un budget d’enfant - la question de l’argent de poche

Chaque famille fonctionne de façon différente lorsqu’on aborde la question de l’argent de poche. Donner de l’argent régulièrement sur simple demande est contre-productif, car l’épargne répond à une logique de cagnotte et d’effort. Il ne s’agit pas de répondre à un besoin de dépense immédiat.

L’argent de poche reste néanmoins - si vous pouvez vous le permettre - une excellente manière d’apprendre à épargner. Le premier conseil est de verser l’argent de poche de façon régulière - tous les derniers jours du mois par exemple. Donner quelques euros de façon hebdomadaire ou même mensuelle donne à l’enfant une responsabilité en lui permettant de gérer son budget.

Il anticipe qu’il obtiendra la même somme tous les mois, et donc qu’en fonction de ce qu’il désire il devra attendre X versements avant de pouvoir faire une “grosse dépense”, ou qu’au contraire il peut fractionner ce montant sur une période et couvrir ses “besoins” quotidiens.

En dehors de Noël et des anniversaires, effectuer des versements “exceptionnels” - pour une bonne note à l’école par exemple - n’est pas conseillé car cela sape la logique d’apprentissage de la budgétisation. Une bonne note n’est pas toujours anticipée, et il existe maintes autres façons de récompenser ces efforts.

Pour les plus grands, vous pouvez aller plus loin dans la responsabilisation avec la valeur travail. Tout travail méritant salaire, tailler la haie du voisin permet de payer un mois d’abonnement de téléphone portable. Inculquer au plus tôt la notion de budget permet à l’enfant de calculer quelle part des recettes reste disponible pour épargner.

3. Remettre une dépense à plus tard - la logique de la cagnotte

L’épargne répond à une logique de double effort : premièrement, vous devez gagner assez, c’est-à-dire plus que le minimum pour pouvoir mettre quelque chose de côté ; deuxièmement, vous devez vous empêcher de dépenser immédiatement cette somme gagnée “en plus”.

Épargner, ce n’est pas seulement dépenser. C’est également décaler une dépense, la remettre à plus tard. Pour cela vous pouvez encourager votre enfant à se constituer une cagnotte pour anticiper une dépense plus importante.

Dans la pratique, discutez avec lui de ce qu’il compte faire de son argent de poche - ou de ce que lui a donné mamie à son anniversaire - et suggérez-lui de mettre une fraction de la somme de côté. Aidez-le à calculer combien de temps il faudra au rythme actuel de vos versements pour qu’il atteigne le montant désiré. Assurez-vous que dans un premier temps la durée de “cotisation” à la cagnotte ne soit pas trop longue afin que l’apprentissage ne soit pas déceptif.

Un apprentissage de tous les jours

Le meilleur des apprentissages est celui qui se fait de manière naturel, et les 3 conseils ci-dessus répondent à cet impératif. Permettre à l’enfant de s’éveiller à ces questions est primordial. Rendre son enfant responsable pour qu’il apprenne 1. combien ça coûte 2. que faire de son argent de poche et 3. ne pas tout dépenser immédiatement, lui fournit de solides bases pour que plus tard, il valorise l’épargne. C’est même parfois une piqûre de rappel intéressante pour les parents !


[1] Source : The Guardian

[2] Source :L'Express