Yomoni, gestion éclairée


Chaque année, à l’approche du mois d’Avril et des premiers beaux jours du printemps, c’est la même rengaine.

En Avril, on y pense tout juste, c’est une idée qui trotte dans un coin de notre tête, mais sans plus.

En Mai, on y réfléchit plus sérieusement, on se prépare mentalement à sauter le pas sans jamais oser complètement.

En Juin, c’est la hantise, on a la boule au ventre rien que d’y penser, mais on se dit qu’il faut faire preuve de courage et que de toute façon on y passera tôt ou tard.

Je ne parle pas de la passion d’un premier amour ou de la nécessité de s’inscrire à la salle de sport pour préparer l’été, mais de la déclaration annuelle des revenus. Moins sexy, mais au moins aussi utile si ce n’est plus.

C’est en effet souvent un moment douloureux à passer pour les contribuables. Pourtant, il existe plusieurs façons efficaces de défiscaliser une part non négligeable de ses revenus.

Défiscaliser ses revenus d’activité

Il est possible de défiscaliser ses revenus d’activité en souscrivant à un contrat PER, ouvert à tous les contribuables, ou un Madelin si l’on est indépendant.

Pour le PER, il est possible de déduire de votre revenu brut global jusqu’à 10% de vos revenus de l’année antérieure dans la limite de 30.038€. Une somme qui n’entrera donc pas dans le calcul de votre impôt sur le revenu et vous permettra en même temps de préparer votre retraite.

Plan épargne retraite | Yomoni
Yomoni lance son plan épargne retraite fidèle à son ADN : hybride, les frais les plus bas du marché, digital, et une gestion indicielle.

Le Madelin, réservé aux indépendants, est lui plus généreux pour combler l’absence de mécanisme de préparation de la retraite que peuvent avoir les salariés. Il est possible de déduire les montants versés sur un contrat Madelin à hauteur de 3.75% des revenus professionnels + 7% du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale.

Attention cependant, vous ne pouvez débloquer le capital sur ces solutions qu’au moment de la retraite sauf cas particuliers.

Défiscaliser ses revenus de capitaux mobiliers

Vous pouvez défiscaliser vos revenus de capitaux mobiliers sur le long terme (intérêts, dividendes.) en utilisant des enveloppes fiscales spécifiques. Ça tombe bien, c’est ce que Yomoni propose.

Concrètement, au lieu d’ouvrir un simple compte titres (ou compte bourse) il faut souscrire le plus tôt possible à un contrat d’assurance-vie. C’est un vrai bijou. Il vous permet d’acheter toutes classes d’actifs : actions, obligations, monétaire, matières premières, immobilier... En plus, il permet de défiscaliser complètement les revenus et les plus-values de capitaux mobiliers détenus au sein du contrat à partir de 8 ans, dans la limite de 4600€ (ou 9200€ pour un couple). N’hésitez pas à vous renseigner plus en détails sur la fiscalité de l’assurance-vie.

Le PEA est également intéressant, mais ne s’adresse qu’aux investisseurs les plus dynamiques car il ne peut comporter que des actions de sociétés ayant leur siège au sein de l’Union Européenne. Dans le cadre du PEA, vous êtes exonéré d’imposition sur vos gains et plus-value à partir de 5 ans. Attention toutefois : tout retrait avant 8 ans entraîne la clôture du contrat, et après 8 ans, tout retrait entraîne l’impossibilité de faire de nouveaux dépôts sur le contrat ! Il est également utile de se renseigner sur la fiscalité du PEA.

Défiscaliser ses revenus immobiliers

Ah, l’immobilier ! L’amour passionnel qu’ont les français pour la pierre ne se dément pas. Seulement, la fiscalité sur les revenus fonciers (issus d’un patrimoine immobilier) est une véritable catastrophe. Les revenus de loyers s’intègrent à la déclaration de revenus et ne permettent aucune déduction (ou presque).

Pourtant, une fois n’est pas coutume, le législateur prévoit un cadre fiscal très avantageux pour les propriétaires de biens immobiliers mis en location : la Société Civile Immobilière.

Concrètement, une SCI permet d’être imposé non pas au régime des revenus fonciers (la catastrophe dont je vous parlais) mais au régime de l’impôt sur les sociétés, et ça change tout.

En plus, si dans ce cadre la SCI réalise moins de 38.120€ de bénéfice, vous êtes alors imposé au taux réduit de l’IS, soit 15% au lieu de 33.3%.

Une SCI imposée à l’IS vous permet donc de ne payer « que » 15% d’impôts sur vos revenus de locations, et énormément de frais sont déductibles de la base d’imposition. Je ne dresserai pas la liste exhaustive ici, mais les principales charges déductibles sont l’amortissement de l’immeuble, les frais de notaire, les frais d’agence et les intérêts de la dette contractée pour financer l’immeuble.

Une autre possibilité existe : celle de proposer une location meublée au lieu de louer nu. En meublé, vous passez sous le régime des micro-BIC, ce qui vous permet de profiter d’un abattement de 50% si vos revenus locatifs ne dépassent pas les 32.900€.

Si vous envisagez ces solutions pour défiscaliser vos revenus locatifs, n’hésitez surtout pas à demander conseil à votre conseiller bancaire ou gestionnaire de patrimoine.

Défiscaliser en ligne

Il existe aujourd'hui des solutions telles que TacoTax, qui vous permettent en quelques minutes de savoir quel dispositif utiliser pour réduire vos impôts. Pour chaque dispositif, la baisse d’impôt possible est calculée. Si vous le souhaitez, vous pouvez ensuite en parler gratuitement avec un expert.

Il y a donc de multiples possibilités avantageuses vous permettant de payer moins d’impôt. Il faut toutefois se prendre en main et savoir ce qui serait le plus bénéfique en fonction de votre situation personnelle.