Yomoni : investissez mieux !

Pouvoir d’achat en berne, tensions sur les prix de l’énergie… il ne faudrait pas que le fisc enfonce le clou ! Vous vous demandez ce qui vous attend en 2023 ? Nous faisons le point.

Les bonnes nouvelles concernant les impôts en 2023

Réévaluation des tranches d’impôts sur le revenu de 5%

Le gouvernement a annoncé une forte réévaluation des tranches d’IR, de l’ordre de 5%. Nous ne connaissons pas encore le détail, qui sera discuté en loi de finances en fin d’année.

Si la notion de barème vous est étrangère, voici un bref rappel du fonctionnement des tranches de l’impôt sur le revenu.

En France, l’impôt sur le revenu est progressif. Les premiers euros gagnés ne sont pas taxés, les suivants un peu plus et ainsi de suite jusqu’à - éventuellement - la tranche maximale.

Voici le barème qui sera appliqué sur les revenus que vous avez perçus en 2022 :

Tranche de revenu par part

Taux d'imposition de la tranche

Jusqu'à 10 634 €

0 %

De 10 635 € à 27 113 €

11 %

De 27 114 € à 77 528 €

30 %

De 77 529 € à 166 749 €

41 %

À partir de 166 750 €

45 %

Source : Projet de Loi de Finances 2023. Barème susceptible de modifications jusqu’au vote de la Loi de Finances en toute fin d’année 2022.

Ce tableau est souvent mal interprété.

Par exemple, sur un revenu imposable de 30 000 €, tous les revenus ne sont pas imposés à 30 % !

  • Les premiers 10 634 € ne sont pas taxés (0 impôt)
  • Les 16 498 € suivants sont taxés à 11 % (1815 € d’impôt)
  • Les 2 886 € suivants sont taxés à 30 % (866 € d’impôt).

L'impôt sur le revenu s’élève à : 0 + 1743 + 866 = 2681 €

Compte tenu de son revenu de 30 000 €, ce contribuable a un taux moyen d’imposition de 8,9% alors que sa tranche marginale est de 30 %.

Ainsi, il est impossible de perdre de l’argent lorsque ses revenus augmentent, car les tranches ne concernent que les revenus inclus dans la tranche donnée. Dans le pire des cas, si vous entrez dans la tranche à 45 %, gagner 100 € de plus vous fait gagner 55 € en net… Mais vous gagnerez toujours de l’argent, vous n’en perdrez pas.

Et l’inflation dans tout ça ?

Le barème n’est pas figé. Chaque année, le gouvernement réévalue les tranches d'imposition pour accompagner la hausse des prix et des revenus.

En effet, si les tranches restaient stables, cela augmenterait l’impôt d’année en année compte tenu de la hausse des salaires.

Pour 2023, le barème applicable aux revenus 2022 a été révisé à hauteur de la hausse des prix, soit environ 5%.

En pratique, cela signifie que :

  • si vos revenus 2022 ont augmenté de moins de 5%, vous payerez moins d’impôt, car une plus grande part de vos revenus sera incluse dans les tranches plus faibles.
  • si vos revenus 2022 ont augmenté de 5%, vous payerez la même somme d'impôts.
  • si vos revenus ont augmenté de plus de 5%, vous payerez davantage d’impôts.

Sur une année, l’effet est marginal, mais psychologiquement, c’est toujours bon à prendre !

Statu quo sur les grands principes de la fiscalité du patrimoine

Autre bonne nouvelle : la flat tax n’est pas remise en cause, les avantages de l’AV et du PEA non plus ! (Oui, il faut parfois savoir se réjouir d’un statu quo).

Les prélèvements sociaux (17,2%) ne devraient pas non plus augmenter.

Ici encore, nous en saurons davantage lors des discussions sur la loi de finances 2023 qui auront lieu en toute fin d’année.

Et les mauvaises nouvelles…

Les mauvaises nouvelles concernent la fiscalité du patrimoine immobilier.

Rappel des précédents épisodes.

La taxe d’habitation disparaît progressivement, et devrait totalement disparaître en 2024. Cette taxe, payée par l’occupant du bien (qu’il soit locataire ou propriétaire) laisse un trou dans les finances des collectivités locales.


Ces dernières se reportent naturellement vers une augmentation de la taxe foncière, payée par le propriétaire, qu’il occupe le bien ou non.

Pour mémoire, la taxe foncière est le produit de deux valeurs :

  • la base locative cadastrale, qui correspond au loyer théorique que le bien pourrait rapporter ; elle bénéficie d’un abattement de 50% pour représenter les frais de gestion.
  • Les taux d’imposition votés par les collectivités territoriales : communes, intercommunalités et départements.

Depuis 2018, l’augmentation de la base locative est mécanique : elle augmente selon l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), selon l’article 1518 bis du Code général des impôts. Plus précisément, elle se cale sur l’augmentation des prix entre deux mois de novembre. Ainsi, pour 2023, elle reflétera l’augmentation des prix comprise entre novembre 2021 et novembre 2022.

Si la tendance se poursuit, on peut anticiper une augmentation d’environ 5% des valeurs locatives.

Deuxième facteur, les taux d’imposition. Ils devraient aussi augmenter, du fait du report de la taxe d’habitation sur la taxe foncière, mais aussi, très probablement… des coûts induits par l’inflation sur les collectivités locales (vous avez sans doute entendu parler du coût de fonctionnement des piscines…).

En conséquence, si à la fois la base et le taux augmentent, les effets se multiplient et les taxes de certaines communes pourraient flamber.

Des plafonnements sont en discussion afin d’éviter une trop forte hausse du coût pour les propriétaires, notamment envers les propriétaires bailleurs qui subissent un effet ciseau, puisque la loi a plafonné la réévaluation des loyers à 3%.

Bref, être propriétaire va être plus difficile. Et c’est sans compter l’augmentation des charges de copropriété !

Vous pouvez agir en 2022

Réduire l’impôt payé en 2023 se prépare en 2022.

Nous vous avons déjà présenté 8 méthodes pour payer moins d'impôts.

La méthode la plus efficace en fin d’année consiste à réduire votre base imposable par le biais de versements sur le PER. Particulièrement si vous êtes dans la tranche 30 % et au-delà : vous réduirez ainsi les revenus taxés au barème tout en épargnant pour votre retraite. Le PER permet d’investir en instruments investis sur les marchés financiers, et donc sujets à un risque de perte en capital.


En revanche, sur le foncier, il n’y a pas grand chose à faire… Et c’est encore une preuve de la plus grande agilité d’un patrimoine mobilier (titres financiers) sur un patrimoine foncier, par nature immobile.

Vous avez un projet d'investissement ?

En quelques minutes, vous détaillez votre projet et nous vous proposons une solution adaptée à votre profil d'investisseur.

Les supports d’investissement présentent des risques de perte en capital.

You've successfully subscribed to Yomoni
Welcome back! You've successfully signed in.
Great! You've successfully signed up.
Your link has expired
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.