Yomoni, gestion éclairée

Beaucoup d'acteurs du monde de l'assurance-vie n'ont pas changé leur grille tarifaire depuis les années 90. Si des frais de 2% ne représentaient pas grand-chose dans un monde où les rendements étaient de 8%, ils pèsent bien plus dans notre monde de taux bas !

Une bonne raison pour comprendre les frais de son contrat d'assurance-vie.

Avant de commencer : qui fait quoi ?

Un contrat d'assurance-vie est le produit d'une co-construction entre un courtier et un assureur. Pour le contrat Yomoni-Vie, Yomoni est le courtier et Suravenir (filiale du Crédit Mutuel) est l'assureur.

Le courtier se charge de définir les caractéristiques du contrat, de prendre en charge la relation avec le client et éventuellement la gestion au quotidien si l'épargnant lui confie un mandat de gestion. L'assureur, de son côté, joue un rôle de garant puisque les fonds sont déposés chez lui.

Les frais d'entrée

À quoi servent-ils ?

Ces frais sont principalement destinés à rémunérer le “vendeur” du contrat. Par exemple, si vous souscrivez auprès d’un conseiller en agence, ils représentent une partie de sa commission. Leur fonctionnement est simple : si vous investissez 1000 euros et que les frais d'entrée sont de 2%, seulement 980 euros seront investis sur votre assurance-vie, le reste est la rémunération de l'intermédiaire.

À noter : ces frais sont parfois nommés "droits d'entrée" par les intermédiaires. Ne pensez pas que cela leur confère un caractère officiel ou obligatoire, comme des "droits" de succession. Quel que soit leur nom, ce sont des frais.

Peut-on les négocier ?

Oui, ces frais sont très souvent négociables. Un conseiller indépendant ou de réseau bancaire démarrera peut-être sa proposition à 3-4% mais sera prêt à descendre jusqu'à un minimum de 1% voire de 0,5%. Ces frais peuvent également rémunérer le travail administratif et les vérifications légales que doit mener l'intermédiaire lors de l'entrée en relation avec un nouveau client. Mais le travail effectué n'est pas cinquante fois plus important avec cinquante mille euros qu'avec mille euros !

Les contrats souscrits auprès de courtiers en ligne ont quasiment tous des frais d'entrée de 0%. C'est le cas chez Yomoni.

Les frais de gestion de l'assureur

À quoi servent-ils ?

Ils représentent la rémunération de l'assureur : l'assurance-vie est un produit d'assurance, qui obéit à des contraintes prudentielles strictes.

Les contrats actuels facturent en général entre 0,5% et 1% par an. Invisibles car prélevés au fil de l'eau, ils représentent en réalité une partie importante des frais totaux payés tout au long de la vie d'un contrat d'assurance-vie.

Peut-on les négocier ?

Inutile de chercher à négocier les frais de l'assureur : c'est le courtier qui les a négociés au préalable avec l'assureur. Veillez à ce qu'ils ne dépassent jamais 1%. Les contrats d'assurance-vie distribués sur internet ont en général des frais de gestion compris entre 0,5% et 0,8% par an (0,6% par an chez Yomoni).

Les frais des sous-jacents

À quoi servent-ils ?

Un contrat d'assurance-vie n'est qu'une "enveloppe fiscale" : un réceptacle dans lequel l'épargne est répartie sur différents produits financiers, appelés les "unités de compte" ou "fonds". La société de gestion qui créé et gère ces fonds prélève également ses frais.

Ces frais ne sont pas très visibles : la valeur de chaque unité de compte en tient déjà compte car les frais sont prélevés automatiquement sur les avoirs du fonds. Les frais des fonds d'obligations sont de 0,8-1,8%, et les fonds d'actions entre 1,5 et 3,0%.

Ces frais sont très souvent un vivier à rétrocessions : la société de gestion rémunère souvent le courtier pour avoir intégré ses produits dans les portefeuilles de ses clients. En général, la rétrocession est de 1% pour un fonds actions. Ce qui entraîne parfois le conseiller à aller chercher des produits plus lourds en frais, au détriment de l'investisseur...

Peut-on les négocier ?

Non : ils sont propres aux produits financiers que le courtier a fait référencer chez l'assureur. En revanche, il est possible (mais difficile) de faire pression sur son courtier pour qu'il fasse référencer des fonds à frais faibles.

Chez Yomoni, le montant total des frais payés sur unités de compte ne dépasse jamais 0,3% par an. Yomoni sélectionne en effet uniquement des produits indiciels, ou ETF, parmi les plus efficaces et les moins coûteux du marché, sans toucher aucune rétrocession sur ces produits, avec l'idée que compresser les frais permet de meilleures performances.

Aparté : attention aux frais indirects !

Le monde des fonds est parfois opaque : un fonds actions avec des frais contractuels de 2% par an, facture parfois à ses investisseurs jusqu'à 4 ou 5% !

Comment cela est-il possible ? Les frais directs ne concernent que la rémunération de la société de gestion. En réalité, le fond payera également un dépositaire, des commissaires aux comptes... et parfois des frais de sur-performance les bonnes années, qui vont dans la poche de la société de gestion !

Une étude de l'Autorité des Marchés Financiers montre ainsi que certains fonds actions qui affichent des frais de gestion proches de 2% portent des frais annexes pouvant faire monter la facture jusqu'à 11% ! Chez Yomoni, c'est simple et transparent : frais de gestion inférieurs à 0,3% par an, sans frais annexes, sans rétrocessions.

Les frais d'arbitrage

À quoi servent-ils ?

Dans le langage de l'assurance-vie, l'arbitrage désigne le fait de remplacer une unité de compte par une autre (par exemple, sortir d'un fonds actions pour aller sur un fonds obligataire). Souvent, les contrats distribués dans les réseaux bancaires imposent des frais d'arbitrage de l'ordre de 0,5% du montant arbitré, avec une gratuité du premier arbitrage annuel.

Peut-on les négocier ?

Oui. Si vous optez pour un mandat de gestion, ils sont en général pris en charge dans les frais du mandat (c'est le cas chez Yomoni : un changement d'allocation n'entraîne aucun frais).

Les frais des options de gestion : gestion pilotée ou mandat de gestion

À quoi servent-ils ?

L'épargnant peut choisir de déléguer la gestion de son contrat. Ces frais de gestion viennent alors rémunérer la société de gestion qui choisira dans quels fonds investir, réalisera des ajustements réguliers et informera régulièrement l'épargnant des choix de gestion réalisés sur son épargne.

Peut-on les négocier ?

Rarement. Mais ces frais sont difficiles à comparer : certaines sociétés offrent gratuitement le mandat de gestion mais touchent des rétrocessions lorsqu'ils sélectionnent certains fonds, ce qui créé des frais cachés et un conflit d'intérêt.

Chez Yomoni, qui ne touche aucune rétrocession et qui sélectionne uniquement des fonds à frais faibles, les frais du mandat de gestion s'élèvent à 0,7% par an.

Et chez Yomoni ?

Nos tarifs | Yomoni
Payez moins pour gagner plus. Yomoni vous coûtera environ deux fois moins cher qu’une banque ou un gérant privé.

Vous êtes désormais prêt à comparer les frais la prochaine fois que l'on vous propose un contrat d'assurance-vie !