Yomoni : investissez mieux !

Les rentes viagères sont une solution de revenus complémentaires appréciée par de nombreux Français pour la retraite. Sur le papier, ces rentes viagères apportent une certaine sérénité, mais il est important d'en comprendre le fonctionnement, les implications, notamment fiscales, et de choisir de manière avisée leur type ainsi que les options possibles. Et voir les autres stratégies qui s'offrent à vous afin de définir un revenu complémentaire stable et le plus sécurisé possible.

Une rente viagère, c'est quoi ?

Le principe d'une rente viagère est de verser de l'argent à un bénéficiaire avec ou sans contrepartie. Les versements peuvent se faire de manière périodique (mensuelle ou trimestrielle par exemple) jusqu'au décès du bénéficiaire, et même après si elle est réversible (et donc transmise à une autre personne). Cette rente peut être mise en place entre particuliers, via un assureur ou un organisme institutionnel.

Il existe différents types de rentes viagères. Elles répondent à des règles spécifiques et, comme nous pourrons le voir plus loin, se distinguent par des fiscalités différentes.

Rentes viagères à titre gratuit (RVTG)

Comme leur nom l'indique, les rentes viagères à titre gratuit se font sans contrepartie. Elles peuvent par exemple être mises en place entre un parent et un enfant de son vivant ou via un testament.

Rentes viagères à titre onéreux (RVTO)

Les rentes viagères à titre onéreux ont pour leur part une contrepartie qui peut être un capital ou la cession d'un bien mobilier ou immobilier. C'est par exemple le cas des viagers ou de la sortie en rente des plans d'épargne retraite (PER).

Quel est le montant d'une rente viagère ?

Dans le cas des RVTO, le montant des rentes dépend d'un taux calculé par l'assureur. Ce taux dépend principalement de votre âge et de votre espérance de vie. L'assureur utilise des tables de mortalisé, qui lui permettent d'estimer combien de temps il aura à vous servir la rente. Sans surprise, plus vous êtes jeune, plus la rente servie est faible !

Les options peuvent venir mitiger le montant de la rente.

Quelles sont les options sur une rente viagère ?

En mettant en place votre rente viagère, vous avez la possibilité de contracter différentes options. Il faudra les considérer en fonction de vos besoins et de votre horizon de perception envisagé :

  • réversibilité : que vous soyez marié ou que vous ayez un conjoint, l'option de réversibilité permet de garantir le versement de la rente tant qu'une des deux personnes est toujours en vie. Cette option s'accompagne souvent d'une réduction substantielle de la rente
  • prestation garantie : cette option permet de garantir le nombre de versements sur la période concernée. En cas de décès, les versements se feront au bénéfice des vos ayants droit
  • indexation : cette option fait évoluer le montant de la rente en fonction de l'inflation. Il faut particulièrement la considérer pour les contrats les plus longs

Découvrez le projet qui vous ressemble

Quelle est la fiscalité des rentes viagères ?

Au niveau de la fiscalité, les rentes viagères peuvent être rattachées à trois cas : rentes versées sans contrepartie (à titre gratuit), avec contrepartie (à titre onéreux), ou à la sortie d'un produit d'épargne. Notez que certains cas particuliers (rentes issues d'un PEA, ou au titre d'accident du travail ou de la circulation) ne suivent pas les règles ci-dessous.

Fiscalité des rentes viagères à titre gratuit (RVTG)

Ces rentes sont obtenues à la suite d'une donation ou d'un testament et sont imposées au même titre que les pensions. En outre, elles bénéficient d'un abattement de 10% par l'administration fiscale avec une fourchette précise :

  • minimum de 400 € par bénéficiaire
  • maximum de 3912 € par foyer fiscal

Fiscalité des rentes viagères à la sortie d'un produit d'épargne

Les rentes viagères issues d'un produit d'épargne sont imposées au même titre que les pensions de retraite. Ces rentes sont généralement versées dans le cadre de produits de retraite comme le contrat Madelin, le régime Préfon, un PERP (plan d'épargne retraite populaire), ou d'un plan d'épargne retraite (PERO, PERIN ou PERECO). Comme pour les rentes viagères à titre gratuit, un abattement de 10 % est appliqué par l'administration fiscale (et avec les mêmes fourchettes).

Fiscalité des rentes viagères à titre onéreux (RVTO)

Les rentes viagères à titre onéreux sont en partie soumises à l'impôt sur le revenu. La part imposable va varier avec l'âge du bénéficiaire au moment du tout premier versement :

Âge au premier versement (arrérage)Part imposable de la rente
< 50 ans70 %
De 50 à 59 ans50 %
De 60 à 69 ans40 %
69 ans30 %

Une fois encore, le calcul se fait par foyer fiscal. La part imposable est soumise aux prélèvements sociaux.

Quels sont les avantages et inconvénients d'une rente viagère ?

Le principal avantage d'une rente viagère est qu'elle permet de déterminer une constance de revenus et, dans bien des cas, de bénéficier de manière certaine d'un complément de retraite jusqu'à votre décès. Il est en outre possible de protéger un proche après votre disparition. Enfin, dans le cadre d'une rente viagère adossée à un capital, vous n'êtes plus dépendant de l'évolution des marchés.

Si votre famille compte beaucoup de centenaires, la rente viagère sera même le meilleur choix possible. En effet, si vous avez contracté une assurance-vie et que vous procédez à des rachats partiels, le capital arrivera tôt ou tard à zéro et vous n'aurez dans ce cas plus aucune solution de financement.

Cette sécurité a cependant un coût puisque cela implique le plus souvent une contrepartie importante :

  • baisse de la rente en fonction des options retenues
  • perte de rentabilité du capital, du bien mobilier ou immobilier adossé à la rente
  • fiscalité pas toujours avantageuse

Même si certaines options ou conditions contractuelles particulières, que vous pourrez négocier avec votre assureur par exemple, permettent une rente plus ou moins avantageuse, ce support est bien souvent un choix par défaut. Comme nous allons le voir, il existe en effet d'autres stratégies qui permettent de vous constituer des revenus complémentaires avec une rentabilité plus importante.

Quelles sont les alternatives à la rente viagère ?

La création de revenus complémentaires, et plus particulièrement dans le cadre de la préparation de la retraite, est avant toute chose une question d'anticipation. Si la rente viagère classique est une solution parfois adaptée, notamment pour les personnes qui ne souhaitent pas prendre de risque et avoir une totale prévisibilité, un professionnel de la finance comme un CGP (conseiller en gestion de patrimoine) pourra vous accompagner afin de mettre en place la stratégie la plus adaptée à vos besoins.

L'idéal est de mettre en place cette stratégie le plus tôt possible afin que le temps joue en votre faveur :

  • pour les rentes adossées à une assurance-vie ou un PER, la sortie programmée en capital permet à la part restante de conserver une certaine performance et laisse la possibilité de mobiliser une somme importante en cas de besoin. Bien sûr, les produits financiers conservent un risque de perte en capital et leur valeur est soumise aux variations de marché, contrairement à la rente qui est contractuelle.
  • si votre capacité de financement le permet, l'investissement locatif, une fois le bien financé, génère de loyers réguliers. Au besoin, le bien peut être cédé
  • une bonne gestion du risque au cours de votre vie permet de prendre des risques sur des produits dynamiques durant les premières années (investissement en actions), puis de basculer sur des supports moins volatils (SCPI, obligations, fonds en euros) à l'approche de la retraite afin de lisser peu à peu les risques liés aux marchés. La partie fiscale (y compris concernant la transmission de votre patrimoine) pourra en outre être plus facilement optimisée

En résumé :

  • il existe différents types de rentes viagères
  • ces rentes disposent d'options à adapter à vos besoins
  • toutes les rentes viagères n'ont pas la même fiscalité
  • il existe des alternatives aux rentes viagères pour bénéficier d'un complément de revenus.

Sur le même thème :

Assurance-vie : sortie en rente ou en capital ?
Préférez-vous 100 000 € tout de suite, ou 300 € par mois jusqu’à la fin de vos jours ? Pour récupérer l’argent d’une assurance-vie, choisissez !

Vous avez un projet d'investissement ?

En quelques minutes, vous détaillez votre projet et nous vous proposons une solution adaptée à votre profil d'investisseur.

Les supports d’investissement présentent des risques de perte en capital.

Les produits financiers présentent un risque de perte en capital et leurs performances passées ne présagent pas de leurs performances futures.

You've successfully subscribed to Yomoni
Welcome back! You've successfully signed in.
Great! You've successfully signed up.
Your link has expired
Success! Your account is fully activated, you now have access to all content.