Yomoni, gestion éclairée


Que nous soyons concubins, mariés, pacsés… il n’est pas rare que la gestion des finances à deux tourne au conflit voire à la rupture. Le partage des ressources et l’investissement à deux demande en effet un peu d’organisation mais surtout une bonne dose de transparence et de communication. Alors afin de (re)partir sur de bonnes bases, voici un BA-BA de la gestion des finances en couple.

Bâtissez une équipe solide

A chacun ses modèles familiaux, son niveau de vie et ses petites habitudes (les bonnes comme les mauvaises !). Pourtant il est primordial de trouver un nouvel équilibre, la combinaison qui fasse de votre couple une équipe solide dans la gestion des finances. Vous l’avez compris, le dialogue sera le début de votre plan d’attaque. L’un de vous sera peut être plus à l’aise avec les démarches administratives et la comptabilité, pourtant les décisions se prennent à deux. Il en va de même si l’un de vous est plus audacieux et l’autre plus défensif sur la question de l’investissement, vous devrez faire preuve d’empathie afin de trouver une véritable entente sur la question.

Une fois accordés sur votre philosophie des finances, il est temps de faire place à une question plus tangible : vos revenus et votre participation. A l’année, Madame gagne 70K€ pendant que Monsieur gagne 35K€ (eh non ce n’est pas de la science-fiction !). Comment s’en sortir sans que l’un ne se sente spolié ou que l’autre n’accumule les dettes ? La différence de revenus doit être démystifiée au plus tôt afin de ne pas devenir un tabou et ruiner votre expérience de gestion des finances en couple. Pour vos dépenses quotidiennes comme celles à plus long terme, il est nécessaire de vous fixer une répartition claire et équitable. Certains se sentiront plus à l’aise avec la simple mise en commun des finances, pendant que d’autres préfèreront pratiquer le prorata (ex : 70% pour Madame, 30% pour Monsieur). De nombreuses autres combinaisons avec variables sont bien entendu possibles. Des solutions alternatives au compte joint et innovantes tel que la carte Sharepay tendent les bras à ceux qui sont fâchés avec la paperasse et amoureux de la flexibilité. Qu’importe vos choix, la seule règle étant de s’accorder et de respecter son engagement, tout en laissant à chacun la liberté de gérer ses affaires personnelles de son côté (cadeaux, placements perso, dettes). Mesdames, Messieurs, conservez au moins un compte personnel !

Anticipez intelligemment vos investissements

Selon votre situation (mariage, pacs, concubinage, etc.) vous bénéficiez de droits et de devoirs différents face à l’état. Selon votre « équipe » vous allez développer des projets spécifiques face à l’avenir. Ainsi, vous fixer des objectifs et les moyens concrets d’y parvenir, vous permettront de comprendre une bonne fois pour toutes ce que vous voulez et surtout sur ce que vous pouvez mettre en place à deux.

Bien souvent, un projet en appelle un autre, vous devrez alors prendre des décisions stratégiques. Faire des enfants rime souvent avec changer d’appartement puis avec financer ses études… Commencez donc par analyser la situation : vous voyez vous plutôt dans le confort d’une grande maison calme en province, ou bien dans un plus petit logement au cœur de l’animation et des ressources de la capitale ? Ce type de questions définira déjà les grandes lignes de vos projets d’investissement à venir. Et pour que ces années soient abordées sereinement, l’épargne à deux reste la solution la plus efficace. Au delà du classique livret A au rendement peu dynamique, de nouvelles solutions sur-mesure comme Yomoni vous aident à construire vos projets intelligemment ;-)

Voyez plus loin que le bout de votre nez

Maintenant que, rêveur, vous avez planifié vos beaux projets, une petite dose de prévoyance s’impose ! Et la très populaire assurance-vie peut jouer un rôle très structurant dans les finances de votre couple. Tout d’abord cette solution de placement s’avère intéressante si vous souhaitez chacun épargner sur du long terme afin de préparer votre retraite par exemple. Preuve à l’appui, pour près de 46% d’entre vous, l’assurance vie est privilégiée dans la préparation de la retraite. Si ce placement est à titre personnel, dans l’optique de la gestion commune de votre épargne, votre conjoint (ou votre enfant) pourra-être désigné comme bénéficiaire en cas de décès. Enfin, plus vous partez sur du long terme, plus ce placement devient intéressant, plus vous constituez un patrimoine solide et sécurisant pour vous, votre conjoint et vos enfants. Et ces fameux « droits de succession » ? Pas de panique, le contrat d’assurance vie permet au conjoint du de percevoir le capital sans devoir d’impôts que sont les droits de succession en cas de décès du souscripteur. Attention, si toutefois vous avez désigné quelqu’un d’autre comme bénéficiaire, l’impôt peut s’appliquer. Alors, un dernier petit effort de communication : assurez vous que vous avez bien informé votre assureur du nom du bénéficiaire et que votre conjoint a pris connaissance de son statut de bénéficiaire… ou non !